Faire ensemble pour mieux vivre ensemble, les recommandations pour le coworking

Le 19 septembre dernier, Patrick Levy-Waitz (Président de la Fondation Travailler Autrement) remet à Julien Denormandie (Secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires) le rapport sur son Tour de France de 8 mois à la rencontre de ces tiers lieux disséminés aux quatre coins de notre territoire. Ce rapport est un état de l’art du secteur des tiers lieux, en met en lumière :

  • les évolutions des pratiques de travail
  • la variété de ce secteur
  • les conditions de la réussite d’un tiers lieux
  • le rôle de ces initiatives dans les territoires
  • l’impact sur les territoires
  • Les modèles économiques adaptés

Mais surtout c’est 26 propositions pour accompagner ce nouveau secteur économique. Secteur qui rassemble Fab Labs, Hacker Spaces, Espaces de coworking, living labs, et bien d’autres. Pour notre part ce qui nous intéresse particulièrement dans ce rapport c’est les implications pour les espaces de coworking.

Faire ensemble pour mieux vivre ensemble

Décryptons d’abord le nom qui n’a rien d’anodin :

  • ENSEMBLE Un ensemble c’est un groupe de choses ou de personnes réunies dans un tout.
  • FAIRE C’est réaliser, produire. Ce lien avec la production fait résonner le mot travail.
  • VIVRE C’est ce qui existe, ce qui est, mais signifie aussi habiter. Le point de départ est donc être dans un environnement commun.

En clair, c’est une allusion à une communauté qui met en œuvre une action collective dans le but de produire dans un environnement commun. On comprend donc que, coworking, cotravail, coproduction, c’est un collectif qui travaille dans un objectif de production, et ce dans un environnement, qui est avant tout un territoire.

Même si le coworking n’est que la face émergée de l’iceberg, le lien entre le coworking et son territoire est important. Un espace de coworking sans sa communauté revient à enlever le « co » de coworking et revient à « working » travail tout simplement. L’espace n’est finalement que le « réceptacle » pour la communauté et la communauté travaille à mettre en œuvre son action collective pour produire diverses sources de valeur.

Sa production première est le lien social entre ses membres, qui fait naître un sentiment d’appartenance à un collectif qui invente, innove, pour le bien commun. La valeur créée par le collectif bénéficie à tous et se matérialise par le lien social, les interactions, les collaborations, la mutualisation de ressources, la confrontation à une communauté et l’intelligence collective. C’est un cercle vertueux qui valorise par extension le territoire dont il est issu.

Nous avons identifié deux axes qui intéressent particulièrement nos espaces de coworking et en particulier ceux des villes moyennes ou des territoires ruraux.

Infographie Mission Coworking - Faire ensemble pour mieux vivre ensemble.jpg

Créer une courroie de transmission entre les acteurs territoriaux et ceux du coworking

Le Faire ensemble, tout est dans le titre. La création d’espaces de coworking est bien souvent l’initiative d’individus ou de petits groupes d’individus qui constituent de manière ad hoc des organisations, qu’elles soient associatives ou privées. Ce sont des initiatives qui ne sont pas forcément coordonnées par des réseaux. La proposition principale du rapport est la structuration de la filière des tiers lieux, en créant une instance nationale, le mouvement national des tiers lieux qui sera moteur dans la coordination et l’accompagnement, des tiers lieux dans toutes ses formes, et inclut donc le coworking. En parallèle d’une structure nationale, il est prévu de constituer 300 Fabriques de Territoires qui seront des relais pour accompagner localement la création de tiers lieux et ce accompagné de ressources financières, et des allègements de normes qui facilitent la création de ces lieux. Pour vous créateurs d’espaces de coworking, c’est enfin un environnement favorable et des ressources plus faciles d’accès directement disponibles sur leur territoire.

Infographie CNTL

Concernant les activités proposées par vous, espaces de coworking, il est proposé d’opérer une hybridation ; c’est-à-dire diversifier vos activités afin de rendre service à la population de votre territoire. Cela implique un soutien d’autant plus important des collectivités pour notamment faire entrer le numérique dans les territoires et créer du lien intergénérationnel par des outils de formation autour du numérique, mais surtout permettre de coordonner les acteurs publics et les tiers lieux en fournissant des services publics de proximité. Lors de notre tour de France, nous avons pu observer deux structures qui fournissent d’ores et déjà ce type d’activité, le PIMMS Portes de Provence et l’EPI Aspe de Bedous.

Pour réussir à coupler des initiatives, des ressources et des services, la question de la gouvernance est essentielle, et elle est envisagée par l’encouragement à la création de structures de gouvernance partagées, type SCIC. Cela permet de réduire les risques qui ne reposent plus sur un individu, mais de créer une responsabilité collective. Un accompagnement individualisé sera proposé pour les porteurs de projets à cet effet et des formations seront prodiguées aux agents publics.

Améliorer le modèle économique

Créer du lien entre les acteurs des territoires, et élargir sa communauté en rendant service à la collectivité permet certes de diversifier ses activités et de continuer à créer de la valeur, mais ne résout pas le problème central des espaces de coworking, avoir un modèle économique rentable.

La production d’un terreau favorable à l’entrepreneuriat, à l’innovation et à la création ne s’inclut malheureusement pas dans les comptes prévisionnels à 3 ans demandés par les banques et autres sources de financement.

Bien heureusement le rapport propose quelques recommandations pour réduire la fragilité économique des espaces de coworking dus aux lourdes dépenses immobilières et l’instabilité de leurs revenus. Pour les premières étapes de la création d’un espace de coworking, le problème initial est l’accès à l’immobilier. Alors pour cela l’équipe de Patrick Lévy-Waitz propose d’une part de sécuriser les baux en cas de location en garantissant une location à long terme et d’autre part d’encourager la location par les collectivités locales de locaux à loyer progressif en fonction du chiffre d’affaire.

Ensuite pour pallier aux problèmes de la faible rentabilité des structures, de créer un fonds de développement spécifique avec des attentes en termes de retour sur investissement beaucoup moins élevées.

Il nous semble que l’on tient le bon bout avec ce grand recueil de recommandations et surtout l’engagement du gouvernement à investir à hauteur de 60 millions d’euros dans le secteur des tiers lieux en trois ans en plus de 50 millions d’euros d’apports par des organismes privés. Cette intervention étatique n’est heureusement pas totale. Les emplacements des initiatives, et des 300 fabriques de territoires ne seront pas définis à l’échelle nationale, mais plutôt par l’impulsion du local.

Rapport Mission Coworking – Faire ensemble pour mieux vivre ensemble

Infographie Mission Coworking – Faire ensemble pour mieux vivre ensemble

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus